•  

     L'embarcadère du bac se trouvait derrière le bâtiment de l'actuelle cantine scolaire ; maintenant à cet emplacement se trouve une passerelle en béton qui a remplacé la vieille passerelle en bois détruite lors de l'incendie de 1944.

    à l'extrême droite : le bâtiment de l'ancien presbytère.


    L'absence de pont à FILLÉ avant 1896 était palliée par la présence d'un bac ancestral pendulaire* manœuvré par un passeur ou pontonnier. Ce dernier demeurait sur la rive droite de la rivière. Le bac facilitait la traversée des hommes allant de la rive droite à la rive gauche pour rejoindre la route royale 23 et dans le sens inverse pour les gens du secteur de Guécelard afin d'y rejoindre FILLÉ où se trouvait l'église-mère.

    *Bac pendulaire : bac relié par un cable noyé très en amont à un point fixe au fond de la rivière ou sur une rive. Ce cable, d'une longueur supérieure à deux fois la largeur de la rivière, peut éventuellement être signalé par des bouées. Comme le bac à traille, le bac pendulaire se déplace latéralement en utilisant l'incidence du courant sur un de ses flancs ou sur un ou deux safrans. Il n'occasionne pas une gêne aussi grande pour la navigation. On voit ce type d'équipement présenté sous le nom de "pont volant" dans la Grande Encyclopédie de Diderot et D'Alembert (chapitre "L'Art de Charpenterie").

    Extrait du dictionnaire des termes de la navigation fluviale.

    La pleine propriété du passage d'eau dépendait de la réserve de la seigneurie du Gros Chesnay. Comme dans tous les baux, les "passeurs preneurs" ont des obligations vis-à-vis de leur bailleur. L'investissement de départ nécessaire pour effectuer le métier de pontonnier est lourd. Il faut posséder des bateaux, appelés selon l'usage "charrières" ou encore "chalands". Or, les passeurs sont d'origine sociale modeste, petits paysans, bordagers, petits artisans, meuniers, sabotiers...

    A Roëzé, comme leur patrimoine ne permet pas aux passeurs d'investir dans du matériel si coûteux, la fabrique de Roëzé leur fournit l'outil de travail composé de bateaux dont le prix estimé en 1778 à 140 livres dans le bail est remboursable par fraction annuelle de 20 livres par le passeur, le solde étant règlé au terme du bail.

    Dans le bail du passage d'eau de Fillé moins significatif sur ce point une pratique correspondante semble s'y exercée car une clause dans le contrat stipule :   

    "Lesquels bateaux lesdits preneurs seront tenus de laisser sur ledit port à la fin dudit bail leur en payant le prix sur le prix de l'estimation qui en sera lors faitte par expert dont sera connue de part et d'autre ne pouvant lesdits preneurs céder ny transporter le prest. Bail sans lexpres consantement de mond. Seigneur..
    ."

    A FILLÉ, deux passeurs sont restés respectivement en place pendant 30 et 34 ans entre 1732 et 1797 : Joseph PERRIERE jusqu'en 1762 et René VIGNERON prit la suite. Tous deux sont qualifiés respectivement sur les actes notariés de René BELLANGER de domestique et de journalier fermier du port du village. Par contre, après la chute de la monarchie, le passage d'eau de FILLÉ sera attribué par adjudication en mairie sur ordre de l'administration des ponts et chaussées.

    Lorsque Joseph PERRIERE devient passeur en 1732 : on dit couramment "pontonnier", René FAIFEU s'installe meunier au moulin du bourg.

    Les passeurs étaient tenus de faire traverser un certain nombre de personnes nommément stipulées dans le bail de Maître BELLANGER sans pouvoir exiger d'elles une quelconque rémunération.

    En premier lieu, le Seigneur et toutes autres personnes venant de la part du château, ensuite venaient les fonctionnaires de l'Etat. Ainsi le Maire de FILLÉ faisait-il parvenir au passeur la liste nominative des gardes forestiers qui étaient exonérés de droit de passage dans l'exercice de leur fonction, de même que le garde-champêtre et les gendarmes (il existait à GUECELARD sur la voie royale 23, un relais de poste de gendarmes à cheval). Plus tard, suite à la loi de 1881 rendant gratuite la fréquentation de l'école primaire publique, les enfants demeurant sur la rive gauche de la rivière (maintenant secteur GUECELARD) sont exonérés de ce droit de passage. Le passeur s'en remettait auprès du Maire de la liste nominative des enfants habitant secteur GUECELARD qui fréquentaient l'école et le catéchisme. On peut donc logiquement penser que cette décision dépendait de la seule volonté du Maire de FILLÉ.

     

    Carte du XVIII-XVIIIème sièclr

    Sur une carte du XVII° siècle, sur la Sarthe, près du village de Fillé, apparaît le passage du bac avec un peu plus en aval et en face du bourg, la mention de "Buffes".

     

    Il fallait donc avoir recours au passeur pour traverser la Sarthe et le passeur ne passait que trois fois par jour et un peu plus selon les caprices des notables de FILLÉ.

    REGLEMENT DU FONCTIONNEMENT DU PASSAGE D'EAU DE FILLE

    Le Maire de FILLE-GUECELARD recevait en 1814 un courrier de mise au point émanant de l'Administration concernant le comportement du pontonnier lequel s'était permis un excès de zèle vis-à-vis des gendarmes en faction sur la commune de GUECELARD.
     
    Aussi, l'Auditeur au Conseil d'Etat écrivait-il en ces termes au Maire de FILLE-GUECELARD "Il résulte, Monsieur, d'un rapport qui m'a été adressé par le Lieutenant de Gendarmerie de cet Arrondissement que le nommé P......., Pontonnier de votre commune se permet de tenir des propos injurieux contre les gendarmes qui y sont stationnés:
    - qu'ils se refuse de les prendre gratuitement dans sa barque lorsque le service nécessite leur transport dans les communes qui se trouvent de l'autre côté de la rivière ;
    - qu'enfin son insolence et ses mauvais procédés ont été plusieurs fois sur le point d'occasionner des rixes dans sa Barque.

    Cette conduite du Pontonnier est extrèmement répréhensible et ne peut être tolérée.
    Veuillez bien communiquer à ce particulier les plaintes portées contre lui, recevoir ses réponses et me les transmettre dans le plus bref délai possible afin que je puisse statuer en parfaite connaissance de cause.

    J'ai l'honneur d'être avec une parfaite considération, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. 


    IL APPARAISSAIT, EN EFFET, DANS LES DIVERSES PETITIONS ADRESSEES AUX ELUS DE FILLE PAR LES HABITANTS DU SECTEUR DE GUECELARD LORS DE LEUR DEMANDE DE SCISSION QU'IL ETAIT SOUVENT QUESTION D'UN GENDARME TOMBE A L'EAU NON ACCIDENTELLEMENT. MAIS SANS DOMMAGE ET SANS CONSEQUENCE RETORQUAIENT LES ELUS DE FILLE A CE FAIT DIVERS MENTIONNE PAR LES GUECELARDAIS POUR APPUYER LEUR DEMANDE.
     
     







    Et  le Préfet, ensuite d'écrire en ces termes au Maire de FILLE GUECELARD




    "Je vois, Monsieur, par le rapport de la Gendarmerie de GUECELARD au sujet de sa discussion avec le Sieur P......., fermier du bac que ce dernier s'est permis des injures grossières envers eux. Cette conduite est très répréhensible, soit que les gendarmes fussent ou non en activité de Service.

    Je vous invite à mander P....... devant vous, et à lui faire, en présence des gendarmes une sévère réprimande en le prévenant, qu'à la première plainte contre lui, il sera traduit devant les Tribunaux.

    J'ai l'honneur d'être avec une affectueuse considération, Monsieur, votre très humble et obéissant serviteur."

    Le Préfet de la Sarthe Chevalier de la Légion d'Honneur à Mr le Maire de FILLE-GUEC.


    L'intérêt d'un bac est bien sûr de permettre à toute personne se présentant au port de traverser la rivière d'une rive à l'autre (traversée des biens et des personnes).

    Ainsi, au XVIII° siècle, un passager ou un usager arrivant de jour comme de nuit pouvait faire la demande au passeur afin de traverser la rivière (fusse-t-il gendarme en service ou non comme spécifié sur la missive précitée...).  

    Mais, plus tard, l'Administration devint plus pointilleuse : la sécurité des personnes traversées étant son principale souci. Ainsi, le passeur devait refuser la traversée si les conditions climatiques ou de hauteur d'eau pouvaient mettre en danger la sécurité des usagers du bac.


    De même, tout personne exigeant un passage immédiat devait acquitter un tarif majoré mais l'on cite le cas d'une personne qui aurait attendu plus d'une heure et qui pourrait donc passer au tarif normal.

    TARIF DES DROITS A PERCEVOIR AU PASSAGE D'EAU DE FILLE ARRETE PAR LE GOUVERNEMENT LE 22 MESSIDOR AN XII, ci-dessous :





    Pour exécuter au mieux cette mission de passeurs d'eau, les "pontonniers" disposaient d'un matériel assez sophistiqué pour l'époque qu'ils devaient entretenir avec soin pour respecter les clauses du bail de même que les règles administratives relatives à la sécurité des passagers et de leurs biens.

    S'ils ne nous est pas possible de savoir aujourd'hui si ces instructions furent suivies d'effet ; toutefois, un plan de 1816 relatif à la reconstruction du bac du passage de
    FILLE ainsi que la description définie dans le cahier des charges donné au passeur par l'Administration des Ponts et Chaussées en 1837 et le procès-verbal d'estimation du matériel fourni au passeur nous donnent une idée précise du fonctionnement de ce passage au début du XIX° siècle juste avant la construction du pont sur la Sarthe.

    En 1833, le bac de Fillé est affermé 600 F au profit de l'Etat.

    PLAN ET COUPE D'UN BATEAU CONSTRUIT POUR LE PASSAGE D'EAU DE FILLE EN 1816 :




    Le passeur disposait d'un grand bac très allongé, large et à fond plat qui mesurait 13,32 m de long sur 3,90 m de large pouvant accueillir 160 personnes. Il disposait également d'un bateau passe-cheval de 8 m de longueur sur 2,15 m de largeur pouvant accueillir vingt chevaux ou autres animaux et d'un batelet de 7 m de long sur 1,30 m de large pouvant contenir jusqu'à quinze passagers. En plus des bateaux, sur chaque rive se trouvaient deux pontons d'accostage de 2,50 m de longueur sur 3,15 m de largeur placés sur cales d'abordage.

    Enfin, pour ce qui en est du câble :

    Celui-ci faisait 118 mètres de long et était maintenu par des pieux placés à intervalles réguliers, il était ainsi tendu de part et d'autre de la rivière en amont des pontons.

    Ainsi chaque embarcation était-elle reliée au câble au moyen d'un cordage muni d'une poulie qui lui permettait de glisser sur le filin pour passer d'une rive à l'autre par un mouvement pendulaire.

    Cet équipement substantiel est significatif de l'importance du trafic sur le passage d'eau de FILLÉ.


    Informations puisées sur le document remis par Françoise COTTREL-BOTTREAU
    exemplaire remis au Maire de FILLE - UNIVERSITE DU MAINE 1998/1999
    Nouveautés au village.




    LE ROBOT DE LISA BUZZ
    Lisabuzz.com parle de FILLE AVANT LA REVOLUTION : FILLE AVANT LA RÉVOLUTION n est pas un Blog : C est une véritable drogue. A peine y aurez vous posé les yeux que vous serez hypnotisés, litteralement accros à la prose fulgurante de Choisnet christiane. En effet, chaque ligne, chaque caractère de FILLE AVANT LA RÉVOLUTION est passionnant et beau, très très beau. Un must à classer parmis les plus belles réussites de la blogosphère. signé http://blog.lisabuzz.com
     



     

      Liens


     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique